0

Profession de foi des conservateurs allemands

Peu de concepts sont aussi élastiques que celui de "conservatisme". A une extrémité du spectre, on le considère (depuis une vingtaine d'années) comme l'expression de l'égoïsme social, de l'autre, dans de nombreux pays européens il lui est arrivé de se rapprocher dangereusement de l'extrême-droite. Le conservatisme de l'Allemagne d'aujourd'hui est issu des échecs de la République de Weimar, ce qui le distingue de ses voisins anglo-saxons et explique la nature du conservatisme du CDU (Union démocrate chrétienne) et du CSU (Union sociale chrétienne). Ces deux partis qui cherchent à incarner le centrisme, sont partisans de la modération et de l'équilibre, de la protection du patrimoine et de l'innovation.

A l'approche des élections législatives allemandes à l'automne, on va beaucoup parler des conservateurs. Certains vont dire que la coalition CDU-CSU est marquée dangereusement par le laisser-faire économique en vigueur aux USA à cause de l'insistance d'Edmund Stoiber, le candidat de la coalition au poste de chancelier à évoquer son succès économique en Bavière. D'autres, notant l'importance que les conservateurs allemands accordent au social, vont nous accuser d'être aussi étatistes que les sociaux-démocrates. La vérité est bien plus complexe et n'a pas grand chose à voir avec ces comparaisons faciles.

Le programme politique de l'alliance CDU-CSU est certes basé sur l'idée de liberté individuelle, mais nous croyons en un individualisme tempéré par la culture occidentale et la tradition chrétienne. Nous sommes sceptiques vis à vis de l'individualisme sans entrave, car nous savons les erreurs que peuvent commettre les hommes et nous sommes profondément conscients de l'égarement historique de l'Allemagne le siècle dernier. Malgré ce profond scepticisme à l'égard de la nature humaine, nous voulons aller vers le progrès et l'innovation, car nous savons aussi que l'homme est capable de corriger ses erreurs.

Ces caractéristiques ne se retrouvent pas chez les conservateurs anglais et américains. Et même si elles paraissent contradictoires, elles constituent une base solide pour un programme réaliste et pragmatique, loin des idéologies politiques, exactement ce dont l'Allemagne a besoin aujourd'hui. Loin de vouloir imposer un certain style de vie, les conservateurs allemands ont un programme politique avec des limites claires, celles de l'Etat, du marché et des individus.