0

Déclaration d'indépendance vis à vis de .... l'Amérique

George W. Bush est obsédé par la guerre contre le terrorisme, notamment par la réponse militaire qu'il veut y apporter, et la politique étrangère américaine traduit cette obsession. Cette année, les USA vont dépenser prés de 450 millions de dollars pour l'armée (coût de la guerre en Irak inclus), mais guère plus de 15 milliards pour la lutte mondiale contre la pauvreté, la maladie et la dégradation de l'environnement. Autrement dit, la politique étrangère américaine est orientée 30 fois plus vers l'armée que vers la protection de l'environnement et l'amélioration de la santé et des conditions de vie de la population mondiale.

Tout au long de l'année 2003, le monde a vécu au rythme de l'obsession de Bush. Le débat sur l'Irak a dominé la diplomatie internationale et occupé presque tout l'agenda de l'ONU. La guerre en Irak coûte la vie à d'innombrables innocents, comme lors de l'attentat visant le quartier général de l'ONU à Bagdad. L'approche militaire unidimensionnelle de Bush à l'égard des problèmes mondiaux a alimenté l'agitation et les troubles à travers le monde islamique, intensifiant le terrorisme en Turquie, en Afrique du Nord, en Arabie Saoudite et dans le Sud-Est asiatique.

La nature des souffrances à travers la planète ne justifie guère une stratégie aussi étroite. S'intéresser au terrorisme à l'exclusion de toute autre chose et se focaliser sur la réponse militaire à lui apporter n'apportera ni la prospérité ni la paix, ni même une diminution significative du terrorisme. Trois mille innocents sont morts aux USA le 11 septembre 2001, mais en Afrique, ce sont 8000 enfants innocents qui meurent chaque jour du paludisme.

Or on peut prévenir et traiter le paludisme. Mais l'Afrique est trop pauvre pour mettre en oeuvre les méthodes adéquates de prévention (l'installation de moustiquaires) et les traitements qui pourraient sauver la vie de millions d'enfants chaque année. Les USA dépensent plus en Irak en un jour que pour lutter contre le paludisme en Afrique en un an.