L’Heure Tchèque

PRAGUE – Tandis que mon pays se trouve au seuil de la présidence de l’Union européenne, je prête l’oreille à ce que des Européens ont à en dire et l’écho de la définition tristement célèbre que Neville Chamberlain a donnée de la Tchécoslovaquie, “lointain pays dont nous ne savons pas grand-chose,” me revient. Je suppose que la bonne idée qu’a eue Donald Rumsfeld il y a quelques années, je veux parler de sa tentative de mettre la division entre une “vieille” et une “jeune” Europe, n’est pas étrangère à la réapparition de cette attitude de dédain.

Il n’y a en vérité ni “vieille”, ni “jeune” Europe, et il n’y en a jamais eu. Cela fait près de vingt ans que la rupture avec le communisme est consommée et l’Europe réunifiée. Nous, les Tchèques, sommes Européens à 100%, et l’étions déjà à l’époque où le rideau de fer nous coupait de l’Europe démocratique. Notre appartenance à l’Union, comme notre liberté, sont en comparaison si nouvelles, qu’elle ne devraient que renforcer ce sentiment proeuropéen.

C’est pourquoi personne dans l’Union n’a à craindre de la République Tchèque qu’elle tente de lui imposer un quelconque programme nostalgique ou particulariste. Au contraire, les événements ont contraint l’Europe à un programme auquel aucun de nous ne peut se dérober et pour lequel il faudra mobiliser tout notre esprit de corps – une union authentique.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/8jrCabl/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.