L’Heure Tchèque

PRAGUE – Tandis que mon pays se trouve au seuil de la présidence de l’Union européenne, je prête l’oreille à ce que des Européens ont à en dire et l’écho de la définition tristement célèbre que Neville Chamberlain a donnée de la Tchécoslovaquie, “lointain pays dont nous ne savons pas grand-chose,” me revient. Je suppose que la bonne idée qu’a eue Donald Rumsfeld il y a quelques années, je veux parler de sa tentative de mettre la division entre une “vieille” et une “jeune” Europe, n’est pas étrangère à la réapparition de cette attitude de dédain.

Il n’y a en vérité ni “vieille”, ni “jeune” Europe, et il n’y en a jamais eu. Cela fait près de vingt ans que la rupture avec le communisme est consommée et l’Europe réunifiée. Nous, les Tchèques, sommes Européens à 100%, et l’étions déjà à l’époque où le rideau de fer nous coupait de l’Europe démocratique. Notre appartenance à l’Union, comme notre liberté, sont en comparaison si nouvelles, qu’elle ne devraient que renforcer ce sentiment proeuropéen.

C’est pourquoi personne dans l’Union n’a à craindre de la République Tchèque qu’elle tente de lui imposer un quelconque programme nostalgique ou particulariste. Au contraire, les événements ont contraint l’Europe à un programme auquel aucun de nous ne peut se dérober et pour lequel il faudra mobiliser tout notre esprit de corps – une union authentique.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

http://prosyn.org/8jrCabl/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.