Le Meilleur moyen de réduire les risques nucléaires

En 1977, quand je travaillais pour le Département d'État et le gouvernement de Jimmy Carter, je fus envoyé en mission en Inde pour dissuader les efforts des dirigeants de ce pays en vue de développer une bombe atomique. Mes hôtes m'expliquèrent qu'ils devaient maintenir leur niveau d'avancement technologique au niveau de la Chine. Je leur avais expliqué alors que le Pakistan suivrait, inévitablement, et que le monde deviendrait un endroit beaucoup moins sûr.

L'Inde promit alors de ne pas exporter sa technologie militaire. Autant que nous sachions, ses dirigeants ont respecté leur engagement. Pourtant les révélations sur le réseau de trafiquants d'armes nucléaires organisé par A. Q. Khan, le père de la bombe atomique pakistanaise, confirment les dangers que j'exposais à cette époque-là. Certains considèrent le réseau de Khan comme un effort pour diffuser une " bombe islamique " mais dans la mesure où la Corée du Nord fait partie de la liste des bénéficiaires, avec la Libye et l'Iran, on ferait mieux de l'appeler la bombe de la corruption.

Comme le montre la situation pakistanaise, la diffusion de la technologie nucléaire ne permet pas d'atteindre la stabilité qui accompagne habituellement la dissuasion mutuelle. Au contraire, cela augmente la possibilité de fuites, dues à la corruption, qui permettent aux groupes terroristes d'accéder aux armes nucléaires. Cela met tout le monde en danger. N'importe quel groupe d'extrémistes dérangés pourraient choisir de détruire New Delhi, Tokyo, Paris ou tout autre ville de leur choix.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To continue reading, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/FORHQLR/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.