stiglitz300_Justin SullivanGetty Images_carshortage Justin Sullivan/Getty Images

Une réponse équilibrée face à l'inflation

NEW YORK – Même si certains déficits d’approvisionnement étaient anticipés sur la période de réouverture de l’économie mondiale après les confinements liés au COVID-19, ces déficits se révèlent plus généralisés et moins transitoires que ce que beaucoup espéraient. Dans une économie de marché régie au moins partiellement par les lois de l’offre et de la demande, on s’attend à ce que les pénuries se reflètent dans les prix. Et lorsque des augmentations individuelles de prix se combinent, cela s’appelle l’inflation, qui se situe aujourd’hui à des niveaux inédits depuis de nombreuses années.

Ma principale crainte concerne toutefois le risque de voir les banques centrales surréagir, en élevant excessivement les taux d’intérêt, et en entravant la reprise naissante. Comme toujours, les catégories situées au bas de l’échelle des revenus seraient les plus susceptibles de souffrir d’un tel scénario.

Plusieurs éléments se dégagent des données récentes. Premièrement, le taux d’inflation est volatile. Le mois dernier, les médias se sont affolés face à un taux d’inflation annuel de 7 % aux États-Unis, oubliant de relever que le taux de décembre s’était élevé à un peu plus de la moitié de celui du mois d’octobre. Sans preuve d’une inflation galopante, les projections de marché – illustrées par la différence de rendement des obligations indexées et non indexées sur l’inflation – ont été à dûment contenues.

To continue reading, register now.

As a registered user, you can enjoy more PS content every month – for free.

Register

or

Subscribe now for unlimited access to everything PS has to offer.

https://prosyn.org/cxmuqFpfr