0

De l'incertitude en économie

En 1996, Robert Shiller, un économiste de l'université de Yale, prenant en compte l'historique des cours de la Bourse, en a déduit que les titres américains étaient surévalués. Dans le passé, quand le rapport cours/bénéfice (PER) était élevé, on estimait que les perspectives de rendement à long terme étaient mauvaises. Mais si l'on se base sur l'index composite S&P 500, le PER s'élève aujourd'hui à 29, en référence au bénéfice moyen de la décennie précédente.

Sur la base d'une analyse économétrique réalisée avec John Campbell de l'université de Harvard, Shiller a prédit en 1996 que le panier de valeurs liés à l'indice S&P 500 serait un mauvais investissement pour la décennie qui allait suivre. Il estimait qu'entre 1996 et janvier 2006, la valeur réelle de l'index S&P 500 allait chuter. Même en tenant compte des dividendes, il estimait que le rendement des titres liés au S&P 500, corrigé de l'inflation prévisible, allait être nul. C'était loin derrière les quelques 6% de rendement annuels nets que nous considérons quasiment comme la norme pour la Bourse américaine.