3

Obama jouerait-il la carte de la Chine ?

MELBOURNE – Selon la Réserve fédérale des États-Unis, la valeur nette patrimoniale des Américains a diminué de 40 % depuis 2007, pour retrouver son niveau de 1992. Les progrès en direction de la relance seront lents et difficiles, et l'économie des États-Unis est vouée à rester faible jusqu’aux élections présidentielles et aux élections au Congrès américain en novembre. Les responsables politiques sortants – et notamment le président Barak Obama – peuvent-ils espérer la réélection dans de telles conditions ?

Le malaise actuel de l'Amérique puise certainement ses origines directement chez les prédécesseurs d’Obama : chez Bill Clinton, qui avait encouragé la Réserve fédérale à relâcher la surveillance et la régulation des marchés financiers, et chez George W. Bush, pour ses guerres coûteuses, qui ont considérablement alourdi la dette du gouvernement américain. Pourtant, le prochain Election Day pourrait bien voir beaucoup d'Américains (si ce n’est une majorité) ignorer le passé récent et voter en défaveur du candidat sortant.