38

Le grand déchaînement

NEW YORK – Au lendemain de la crise financière mondiale de 2008, la capacité des dirigeants politiques à empêcher la Grande Récession de se transformer en seconde Grande Dépression a permis de maintenir sous contrôle les appels aux mesures de protectionnisme et d’introversion. Mais voici que les réactions face à la mondialisation – ainsi qu’à une plus grande liberté de circulation des biens, des services, des capitaux, du travail, et des technologies qui l’accompagnent – se font de plus en plus violentes.

Ce nouveau nationalisme revêt différentes formes économiques : barrières commerciales, préservation des biens, réactions contre les investissements directs étrangers, politiques en faveur des entreprises et des travailleurs nationaux, mesures de lutte contre l’immigration, capitalisme d’État, ou encore nationalisation des ressources. Sur le plan politique, les partis populistes, anti-mondialisation, anti-immigration, voire dans certains cas les partis ouvertement racistes et antisémites, ne cessent de progresser.