Project Syndicate

The Year Ahead 2018

La lutte pour la liberté du Venezuela

CARACAS – La vague de manifestations violentes qui a balayé le Venezuela cette année a attiré l'attention mondiale sur la détresse que traverse mon pays. Des millions de Vénézuéliens ont quitté le pays et beaucoup d'autres tentent de fuir la faim, la maladie et l'oppression. Le Président Nicolás Maduro, plutôt que de chercher à mettre fin aux souffrances, a pris des mesures pour renforcer sa dictature, en s'attirant une condamnation unanime.

Mais alors que la crise du Venezuela est maintenant fermement sous le radar de la communauté internationale, peu de personnes ont bien compris les raisons pour lesquelles cette crise se produit, ou ce qu'un glissement vers l'autocratie pourrait signifier au-delà des frontières du pays. Un régime qui a transformé un pays prospère en un cas désespéré de pauvreté et de criminalité est une menace non seulement pour les Vénézuéliens, mais également pour des décennies de progrès démocratique dans la région.

On a comparé le despotisme de Maduro à l'emprise de Raúl Castro à Cuba. Mais plutôt qu'un régime totalitaire à part entière, ce que nous avons au Venezuela est, pour emprunter cette expression au théoricien du droit allemand Carl Schmitt, un « état d'exception » permanent. En utilisant l'illusion d'élections libres comme un écran de fumée, Maduro a cherché à vider la démocratie du Venezuela de sa substance en subordonnant toutes les institutions clés, en particulier le Conseil national électoral, au gouvernement.

To continue reading, please subscribe to On Point.

To access On Point, log in or register now now and read two On Point articles for free. For unlimited access to the unrivaled analysis of On Point, subscribe now.

required

Log in

http://prosyn.org/X7rvFed/fr;

Handpicked to read next

  1. Donald Trump delivers his address to a joint session of Congress  Bill Clark/CQ Roll Call/Getty Images

    Trump’s Abominable Snow Job

    • In the 2016 US presidential election, Donald Trump presented himself as a populist who would protect America’s “forgotten” workers from the disruptions of trade and immigration and the nefarious designs of unnamed elites.

    • But, a year after assuming office, it has become abundantly clear that “America first” means workers come last.
  2. Project Syndicate

    PS Commentators’ Best Reads in 2017

    • For the first time, Project Syndicate has asked its contributors what they’ve been reading, and why. 

    • Their choices may surprise, but surely will not disappoint, readers seeking the most important books on history, politics, economics, as well as more than one novel.