Skip to main content
op_roubini1_GettyImages_USChinamoneysewedtogether Getty Images

Long Reads

Le rififi sino-américain qui s’annonce

NEW YORK – Les prolégomènes d’une guerre froide sino-américaine sont la première source d’incertitude de l’économie mondiale. La façon dont évoluera le conflit se répercutera partout sur les marchés de la consommation et des actifs financiers, mais aussi sur la trajectoire d’inflation, la politique monétaire, les situations budgétaires de tous les pays. L’aggravation des tensions entre les deux principales économies mondiales pourrait fort bien déclencher une récession planétaire et une crise financière à la clé, en 2020, quand bien même la Réserve fédérale et d’autres grandes banques centrales poursuivraient leur politique d’assouplissement monétaire.

Beaucoup dépendra donc de la tournure que prendra le différend et de la persistance, ou non, d’un affrontement économique et politique. Dans le court terme, la réunion prévue entre le président des États-Unis Donald Trump et son homologue chinois Xi Jinping, au sommet du G20 d’Osaka, les 28 et 29 juin constituera un événement à examiner. Une trêve pourrait conduire à un gel des droits de douane à leur niveau actuel ; elle épargnerait du même coup au géant technologique Huawei les sanctions écrasantes brandies par Trump ; à l’inverse l’incapacité de trouver un terrain d’entente pourrait marquer une escalade progressive, conduisant en fin de compte à une balkanisation de toute l’économie mondiale.

Parlementer ou se faire la guerre ? 

Il existe globalement trois scénarios d’évolution de la situation d’ici la fin de l’année 2020, c’est-à-dire d’ici les prochaines élections présidentielles américaines. La première possibilité est une trêve ou un modus vivendi sur quoi Trump et Xi parviendraient à s’entendre lors du sommet d’Osaka, qui ouvrirait la voie à un accord négocié à la fin de cette année. Au niveau commercial, les États-Unis veulent voir la Chine acheter plus de produits américains, réduire ses barrières douanières et non douanières, ouvrir plus grand ses secteurs financiers et des services aux investissements directs étrangers, s’engager, enfin, à maintenir la stabilité de sa monnaie et à garantir la transparence de ses taux de change.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

https://prosyn.org/NMoY5Jz/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.