Getty Images

The Year Ahead 2018

2018, année de vérité pour les banques centrales

CHICAGO – Depuis 2008, les banques centrales des pays industrialisés appliquent diverses mesures monétaires non orthodoxes. Guidant les anticipations, elles ont essayé de persuader l'opinion publique que les taux d'intérêt resteraient durablement bas. Et pour réaliser divers objectifs, elles ont mis en œuvre plusieurs mesures, telles les opérations de refinancement à long terme, le programme d'achat d'obligations souveraines sur le marché secondaire de la dette et le relâchement monétaire.

Plus récemment, elles ont appliqué des taux d'intérêt négatifs, et la Banque du Japon, toujours en tête en matière d'innovation, a introduit le contrôle de la courbe de rendement des obligations. Certaines banques centrales utilisent des techniques non conventionnelles bien connues, par exemple la recherche d'un taux de change défini.

Aujourd'hui la plupart des grandes banques centrales veulent semble-t-il normaliser leur politique monétaire. C'est donc le moment de poser quelques questions. Pourquoi les banques centrales ont-elles appliqué des mesures non orthodoxes ? Ces mesures ont-elles été efficaces ? Présentent-elles des risques à long terme ? Quelles pourraient être les conséquences de leur fin ? Si les responsables des banques centrales répondent à ces questions, ils seront mieux préparés à faire face à de nouvelles crises.

To continue reading, please subscribe to On Point.

To access On Point or our archived content, log in or register now now and read two On Point articles for free and 2 archived contents. For unlimited access to the unrivaled analysis of On Point and archived contents, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/THIyePJ/fr;

Handpicked to read next

  1. Taming the Tech Monster

    The promise that digital technologies would “democratize” information and bypass traditional power structures has been devoured by a new generation of corporate monopolists. Putting the Internet back in the hands of citizens will require nothing less than a new vision of the digital age.

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.