La BAII s’ouvre aux affaires

9

PÉKIN – Événement historique, le lancement de la Banque asiatique d’investissement pour les infrastructures au cours des prochaines semaines a été extrêmement attendu – et à juste titre. En débutant ses opérations, la BAII rejoindra la famille des institutions financières multilatérales qui soutiennent un développement économique et social global sur le continent asiatique. Le caractère judicieux et durable de ces investissements en infrastructures conduiront à de meilleurs résultats de développement, permettront d’améliorer l’existence et les moyens de subsistance des citoyens asiatiques, et produiront des retombées positives dans d’autres régions du monde.

Au cours de l’année passée, lors de mes rencontres avec des personnes du monde entier, présentant divers parcours de vie, il m’a souvent été demandé d’expliquer pourquoi une nouvelle banque de développement multilatérale était nécessaire, et en quoi la BAII serait différente par exemple de la Banque mondiale ou de la Banque asiatique de développement.

La réponse à ces questions est tout à fait claire. Bien que le rôle et l’importance de l’Asie sur la scène internationale se soient renforcés, la région demeure confrontée à d’importants écarts en termes d’infrastructures, ainsi qu’à de sérieux goulets d’étranglement. Les besoins de l’Asie en termes d’investissements pour les infrastructures s’accentuent de manière exponentielle, et les ressources de la BAII renforceront tout simplement le pool de ressources multilatérales susceptibles de répondre à ces besoins.

Un large espace s’offre par ailleurs à la BAII pour que celle-ci aide ses membres à moderniser les axes routiers, les voies ferrées et les ports, à développer l’accès à l’électricité, à étendre les services de télécommunication, à améliorer l’urbanisme, ainsi qu’à offrir des services sanitaires et d’approvisionnement en eau. Nous le ferons. Nous le ferons bien. Et nous le ferons de manière collaborative, en tant que partenaire de développement fiable et complémentaire.