stiglitz296 Getty Images

Aucune marge de manœuvre en vue

NEW YORK – L'année dernière à mis nos nerfs à dure épreuve, à mesure que les statistiques sur les pandémies et les aléas politiques soufflaient le chaud et le froid. La nouvelle année semble sensiblement la même, sauf qu'il y aura des élections de mi-mandat aux États-Unis en novembre – et leurs enjeux seront déterminants. Compte tenu de ce haut degré d'incertitude, il semble imprudent de faire des prédictions très assurées. Pourtant, je vais donner mes meilleurs pronostics.

Pour commencer, la COVID-19 sera enfin jugulée, mais pas éradiquée. Suffisamment de personnes auront été vaccinées dans suffisamment de régions du monde pour permettre à la plupart des gens de surmonter la peur qui pèse sur nous depuis deux ans. Mais bien que ce processus relâche une explosion d'énergie « contenue », faire redémarrer l'économie mondiale ne sera pas aussi simple que l'avoir mise au point mort.

Le système des prix peut fournir des indications fiables pour les décisions marginales – l'économie a besoin d'un peu plus de ceci, d'un peu moins de cela – mais il n'est pas aussi efficace pour gérer de grandes transformations structurelles comme les tournants de l'agriculture vers l'industrie, de l'industrie vers les services et de la paix vers la guerre (ou vice versa). Nous constatons déjà de nombreux hoquets, – et il pourrait bien y en avoir d'autres. Nous devrions nous préparer à des changements importants dans les modes de production et de consommation : davantage de conférences sur Zoom et d'e-commerce, moins d'achats en personne dans les commerces de détail traditionnels. La demande de biens immobiliers commerciaux pourrait diminuer, tandis que la demande dans le secteur immobilier pourrait augmenter par ailleurs.

To continue reading, register now.

Subscribe now for unlimited access to everything PS has to offer.

Subscribe

As a registered user, you can enjoy more PS content every month – for free.

Register

https://prosyn.org/BK6AKwNfr