sachs350 Getty Images

La lutte de l'Amérique avec elle-même

NEW YORK – Près d’un an après la courte victoire électorale de Joe Biden sur Donald Trump, les États-Unis sont toujours sur le fil du rasoir. Divers résultats politiques sont envisageables, qui vont de la réforme économique et politique graduelle, que Biden cherche à mettre en œuvre, au refus des résultats électoraux et au renversement de l’ordre constitutionnel, ce qu’a tenté Trump en janvier dernier – et qu’il est résolu, ainsi que le parti républicain, de continuer à tenter.

Il n’est pas facile de poser un diagnostic sur ce qui fait si profondément souffrir l’Amérique, en son cœur même, que Trump a osé aller si loin. Doit-on y voir l’œuvre des incessantes guerres culturelles qui divisent l’Amérique de part et d’autre de lignes de séparation raciales, religieuses et idéologiques ? Est-ce l’accroissement des inégalités, de fortune comme de pouvoir, parvenues à des niveaux sans précédents ? Est-ce le déclin de la puissance mondiale américaine, avec l’essor de la Chine et les désastres répétés des guerres dans lesquelles les États-Unis ont choisi de s’engager qui mènent à cette angoisse nationale, à cette frustration, à cette confusion ?

Tous ces facteurs jouent leur rôle dans la tumultueuse vie politique américaine. Mais de mon point de vue, la crise la plus profonde est politique – c’est l’incapacité des institutions américaines à « développer le bien-être général », comme le promet, dans son préambule, la Constitution des États-Unis. Durant les quatre dernières décennies, la vie politique américaine est devenue un jeu fermé, qui favorise les super-riches et les groupes d’influence des grandes entreprises aux dépens de l’immense majorité des citoyens.

To continue reading, register now.

Subscribe now for unlimited access to everything PS has to offer.

Subscribe

As a registered user, you can enjoy more PS content every month – for free.

Register

https://prosyn.org/oycmCSCfr