L’ascension de Zuma

Les inquiétudes suscitées par l’élection de Jacob Zuma à la présidence de l’Afrique du Sud�occultent une étape très importante�: pour la première fois depuis des décennies, un champion des masses ordinaires est à la tête d’une nation sub-saharienne.

La politique en Afrique est longtemps restée l’exclusivité des aristocrates, des soldats et des technocrates. Même la propagation d’élections démocratiques n’a pas empêché les leaders régionaux de sortir des rangs de l’armée (Ouganda, Rwanda, Zimbabwe), d’être issus de dynasties (Togo, Kenya, etc.) ou d’être des professeurs d’université, des avocats ou des économistes (Ghana, Malawi, Liberia). Voilà maintenant que l’Afrique du Sud, moteur économique de la région et siège de nombreuses universités, sociétés et médias importants, est dirigée par un ancien gardien de vaches, un leader hors du commun proche de tout un chacun.

La faculté de Zuma de se lier avec la population ordinaire est légendaire. Il est assez sûr de lui pour danser et chanter en public. Il parle une langue populiste et donne de l’espoir à la grande majorité de Sud-africains qui vivent dans de misérables conditions en terme de logement, d’éducation et de santé.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/Bm3xoJx/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.