1

Le purgatoire de la périphérie

ATHENES – La visite à venir de la chancelière allemande Angela Merkel à Athènes sera beaucoup moins tendue que ses précédents voyages dans le pays durant la longue crise financière européenne. Bien sûr, les Grecs aiment peu Merkel ; toutefois, la reprise économique modeste de l'Europe a enlevé une partie du poison des relations entre l'Allemagne et les économies les plus endommagées et connaissant le plus de difficultés de l'Europe.

En effet, l'Europe n'est plus considérée comme un risque pour la stabilité financière mondiale. Les principales économies de la zone euro montrent des signes de reprise et les conditions financières de la périphérie surendettée s'améliorent également. Mais, étant donné le manque de capitaux, la demande déprimée et la lenteur des réformes dans la périphérie de la zone euro, il n’est pas certain que ces progrès soient durables.

Dans les économies de la zone euro qui ont été les plus durement touchées par la crise économique mondiale, les pertes enregistrées dans la production et l'emploi ont été énormes et persistantes. Le revenu par habitant réel (corrigé de l'inflation) dans la zone euro dans son ensemble oscille autour de son niveau de 2007 ; en Grèce et en Italie, cependant, il a plongé aux niveaux enregistrés respectivement en 2000 et 1997.