Le purgatoire de la périphérie

ATHENES – La visite à venir de la chancelière allemande Angela Merkel à Athènes sera beaucoup moins tendue que ses précédents voyages dans le pays durant la longue crise financière européenne. Bien sûr, les Grecs aiment peu Merkel ; toutefois, la reprise économique modeste de l'Europe a enlevé une partie du poison des relations entre l'Allemagne et les économies les plus endommagées et connaissant le plus de difficultés de l'Europe.

En effet, l'Europe n'est plus considérée comme un risque pour la stabilité financière mondiale. Les principales économies de la zone euro montrent des signes de reprise et les conditions financières de la périphérie surendettée s'améliorent également. Mais, étant donné le manque de capitaux, la demande déprimée et la lenteur des réformes dans la périphérie de la zone euro, il n’est pas certain que ces progrès soient durables.

Dans les économies de la zone euro qui ont été les plus durement touchées par la crise économique mondiale, les pertes enregistrées dans la production et l'emploi ont été énormes et persistantes. Le revenu par habitant réel (corrigé de l'inflation) dans la zone euro dans son ensemble oscille autour de son niveau de 2007 ; en Grèce et en Italie, cependant, il a plongé aux niveaux enregistrés respectivement en 2000 et 1997.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/ozij6pv/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.