2

Le dossier encore ouvert de la parité des sexes

DAVOS – Lorsqu’il s’agit de jauger l’importance de la parité des sexes dans les milieux de travail, le message s’est clairement rendu aux dirigeants. Les sondages – dont ceux menés par mon cabinet – continuent de montrer que les chefs d’entreprises se rendent compte de la nécessité d’un traitement équitable des hommes et des femmes dans le monde du travail.

En fait, mes entretiens avec des dirigeants de grandes sociétés internationales confirment que ce dossier progresse. La plupart admettent que la question est essentielle à la réussite de leurs entreprises et ont mis en place des mesures de promotion de l’égalité des sexes dans leurs propres entreprises. Et pourtant, malgré tous ces vœux pieux, il reste beaucoup à faire avant que l’égalité des sexes ne se réalise.

Les faits parlent d’eux-mêmes. L’écart salarial existe dans tous les pays du monde, les revenus des hommes étant supérieurs à ceux des femmes pour le même emploi. De même, le pourcentage des sièges sur les conseils d’administration occupés par des femmes semblent plafonner à un peu plus que 17 %.

Cette discrimination n’est pas passée inaperçue – surtout chez les employées. Dans une enquête mondiale menée en 2015 par PwC auprès des femmes du millénaire nées entre1980 et 1995, la moitié de celles qui travaillent dans les services financiers ont déclaré qu’elles estimaient que les employés mâles recevaient de meilleures promotions. Plus de 70 % mentionnaient que quand bien même leur entreprise dit tout faire pour favoriser la diversité, en réalité, les perspectives d’avancement sont inégales.