Les États-Unis vont-ils “perdre” l'Amérique latine ?

Les 4 et 5 novembre, le quatrième Sommet des Amériques s'est tenu à Mar del Plata, en Argentine. Les chefs d'États des pays démocratiques du continent s'y sont rencontrés pour aborder des sujets économiques, politiques et sociaux, et pour laisser passer à nouveau l'occasion de créer une nouvelle relation plus saine entre les États-Unis et leurs voisins latino-américains.

En effet, ce sommet ne se résume à rien d'autre qu'à une énorme photo de famille. Aucun problème important n'a été résolu, et aucun progrès fait sur les nombreux points qui divisent de plus en plus les pays d'Amérique latine et les États-Unis. En particulier, aucune avancée n'a été réalisée sur la création d'une zone de libre-échange dans la région.

C'est d'autant plus décevant lorsqu'on se remémore que les dirigeants américains déclaraient il y a plus de dix ans, au cours du premier Sommet des Amériques à Miami en décembre 1994, que les négociations sur le libre-échange seraient “conclues pas plus tard que 2005.” Au centre de cet échec se trouve la mauvaise volonté de l'Amérique, et celle de l'administration Bush, d'ouvrir son secteur agricole à la compétition de pays comme l'Argentine, le Brésil et l'Uruguay.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/PgGIPKb/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.