La guerre en Irak risque-t-elle de tuer la mondialisation ?

L'ONU et l'OTAN sont largement perçues comme des organisations affaiblies, sinon brisées, par leur incapacité à parvenir à un accord sur l'Irak. Ces fissures au sein du système politique international s'attaqueront-elles maintenant à l'architecture économique mondiale, et avec elle la mondialisation ?

Conclure un accord économique international n'a jamais été chose aisée. Parvenir à un consensus au sein de l'Organisation mondiale du commerce, composée de 145 membres, où un seul avis contraire peut semer la confusion, s'avérait également difficile même avant que les gouvernements mondiaux ne se divisent en pro- et en anti-Américains. En effet, les accords commerciaux multilatéraux étaient éclipsés par des transactions bilatérales, comme celles conclues entre l'Union Européenne et divers pays en voie de développement, bien avant que n'apparaissent les dissensions sur l'Irak.

Bien entendu, le problème s'enlise davantage, mais tout ce qui touche la mondialisation ne s'est pas obscurci. Les contrôles de l'immigration ont par exemple été assouplis dans plusieurs pays européens, notamment en Allemagne, en raison d'une baisse de la population et de faiblesses pédagogiques. Mais les mauvaises périodes économiques sont rarement des périodes pendant lesquelles les gouvernements introduisent des propositions économiques internationales audacieuses.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/5lcmidN/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.