L’ineptie des gouvernements engendrera-t-elle une cyber-crise ?

CAMBRIDGE – Lors de la crise de 2008, de nombreux observateurs sous le choc se sont demandés pourquoi ni les marchés, ni les régulateurs, ni les experts financiers ne l’avaient pressentie. Aujourd’hui, on pourrait se poser la même question au sujet de la vulnérabilité de l’économie globale face à une cyber-attaque. Les parallèles entre les crises financières et la menace d’une cyber-effondrement sont pourtant surprenants.

Si la plus grande cyber-menace vient des états voyous possédant la capacité de développer des virus informatiques extrêmement sophistiqués, les risques peuvent aussi provenir de hackers anarchistes et de terroristes, ou même de problèmes informatiques découlant d’une catastrophe naturelle.

Certains experts de sécurité ont déjà tiré la sonnette d’alarme, dont dernièrement Jonathan Evans, chef des services de renseignements britanniques (MI5). Mais dans l’ensemble cependant, peu de dirigeants consentent à compromettre la croissance dans le secteur technologique ou de l’internet de quelque manière que ce soit au nom d’une menace aussi diffuse. Ils préfèrent plutôt établir des groupes d’études et de travail relativement inoffensifs.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/pbuWDJV/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.