3

Berlusconi, l'interminable problème de l'Europe

LONDRES – Silvio Berlusconi, l'homme qui a été au centre de la vie politique italienne durant 20 ans et trois fois Premier ministre, vient d'être condamné à quatre ans de prison - une peine réduite depuis à un an. Néanmoins, que ce soit en Italie ou en Europe,  peu de gens croient qu'il disparaîtra de si tôt de la scène politique italienne ou européenne. Il y a quelques jours il a déclaré son intention de ne pas abandonner la vie politique, même s'il ne brigue pas un quatrième mandat de Premier ministre.

Quel que soit le rôle qu'il choisira de jouer, il ne sera pas marginal. Peut-être ne souhaite-t-il pas être à nouveau le roi, mais contrôlant Mediaset, le principal groupe audiovisuel italien, il peut certainement être un faiseur de roi. Et comme sa popularité est au plus bas, il pourrait utiliser son joker : adopter une position anti-gouvernementale et euro-sceptique pour essayer de faire tomber le gouvernement technocratique du Premier ministre Mario Monti.

Le gouvernement Monti a succédé à celui de Berlusconi en novembre 2011, avec le soutien du Parlement et un mandat clair : restaurer la confiance des marchés et garantir à nouveau aux partenaires de la zone euro et au FMI que l'Italie ne va pas suivre le même chemin que la Grèce. Le même mois, lors du sommet du G20 à Cannes, l'Italie et l'Europe n'étaient pas loin de l'écroulement, tandis que le gouvernement Berlusconi était profondément divisé sur la politique budgétaire à suivre pour diminuer le coût du service de la dette. L'impasse politique italienne et l'incapacité de Berlusconi à parvenir à une solution avec l'Allemagne et la France ont conduit à un bond du coût du refinancement - l'écart des taux italiens par rapport à ceux des obligations allemandes dépassant en permanence 500 points de base entre juillet et novembre 2011.

Le gouvernement Monti a restauré la confiance des marchés et la crédibilité internationale de l'Italie. Mais la situation du pays reste fragile. L'écart des taux d'intérêt s'est stabilité aux alentours de 300 points de base, ce qui est plus facile à gérer, mais il est encore supérieur à ce qu'il était il y a trois ans. Par ailleurs, les perspectives de l'économie italienne restent très incertaines.