wildlife protection NurPhoto/Getty Images

Un cercle vertueux pour la conservation

NEW YORK – Les populations pauvres et rurales du monde entier dépendent des plantes et des animaux pour leur logement, leur nourriture, leurs revenus et leur médecine. En fait, l'Objectif de Développement Durable des Nations Unies (SDG 15), sur les écosystèmes durables reconnaît une relation étroite entre de nombreuses sociétés en développement et la nature quand il demande un renforcement de la « capacité des communautés locales à rechercher des possibilités de moyens d'existence durables. » Mais comment allons-nous y parvenir ?

La Convention de 1975 sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES) fournit un cadre viable pour réduire la pauvreté tout en conservant la nature. Elle réglemente la collecte et l'échange de plus de 35 000 espèces de faune sauvage à travers une série de milieux.

La nature est décrite comme le « PIB des pauvres. » Le cadre de la CITES, combiné à des politiques de conservation nationales fortes, peuvent simultanément protéger les espèces sauvages et bénéficier aux populations pauvres, rurales et autochtones, en encourageant les pays et les communautés à adopter des plans de gestion environnementale.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/rI0trIh/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.