2

Pourquoi l’Ukraine mérite un allègement de dette

LONDRES – Par-dessus ses nombreux autres problèmes, l'Ukraine se trouve maintenant dans une épreuve de force avec ses créanciers. Les investisseurs qui détiennent des obligations à haut rendement – dont beaucoup ont acheté à des prix bradés après l'annexion de la Crimée par la Russie l'année dernière – exigent d’être payés en totalité. Le gouvernement de l'Ukraine, pour sa part, fait valoir que les difficultés financières du pays – en particulier les effets économiques du conflit et le plongeon de la valeur de la hryvnia – ont rendu insoutenable le fardeau de sa dette.

Le résultat de cette confrontation pourrait tout autant déterminer l'avenir de l'Ukraine que la confrontation militaire avec la Russie. Les développements récents ont mis le pays sur une voie qui aurait été inimaginable jusqu'à très récemment. Pour la première fois dans l'histoire post-soviétique de l'Ukraine, le pays a un gouvernement qui est prêt et capable de mener à bien une véritable réforme. Les progrès de l'Ukraine, cependant, ne pourraient pas être plus fragiles. Sans une certaine forme d'allégement de la dette, ils pourraient facilement être perdus.

Il y a un peu plus d'un an, l'Ukraine ne disposait ni d’un président élu ni d'un parlement représentatif en état de fonctionnement. Le paysage politique était profondément fragmenté. La société civile avait été stimulée par la révolution de Maidan qui a renversé l'ancien président Viktor Ianoukovitch, mais l’agitation et l’incertitude étaient à leur comble. Le débat sur l'accord d'association avec l'Union européenne, ainsi que la rébellion soutenue par la Russie à l'est, avaient attisé les tensions à propos de distinctions qui, auparavant, n’avaient joué que peu ou pas de rôle dans la vie des gens.

Mais depuis les élections parlementaires d’octobre, l'Ukraine a commencé à se ressaisir. L'intervention de la Russie a eu, dans une certaine mesure, l'effet inverse de celui escompté, renforçant le soutien pour une orientation européenne. L’est de l'Ukraine a certes voté différemment du reste du pays, mais l'écrasante majorité des électeurs se sont prononcés en faveur de l'Europe. L'électorat a également dit non aux formes les plus virulentes de nationalisme, laissant les partis d'extrême-droite marginalisés.