51

Comment une si petite bulle peut-elle avoir un effet aussi dévastateur ?

BERKELEY – Ce n'était pas une très grosse bulle. Entre 2002 et 2006, la part de l'économie américaine consacrée à la construction résidentielle a augmenté de 1,2 points de pourcentage du PIB au-dessus de sa valeur tendancielle antérieure, avant de plonger au moment où les USA sont entrés dans leur plus grande crise économique depuis prés d'un siècle. Selon mes calculs, on peut chiffrer l'excès d'investissement dans le secteur de l'immobilier résidentiel durant cette époque à environ 500 milliards de dollars - une part minuscule de l'économie mondiale au moment où la crise a éclaté.

Pourtant les dégâts furent énormes. Du fait de la crise, le niveau des économies des USA et de l'Europe est 6% plus bas que prévu. Autrement dit, un faible surinvestissement a entraîné une perte de production de 1800 milliards de dollars par an, et rien n'indique que cet écart soit en voie de diminution. Tenant compte du taux de croissance qui était prévu et de la rentabilité de la Bourse qui était attendue, j'estime la perte totale de production à presque 3 millions de milliards de dollars ! Chaque dollar surinvesti dans l'immobilier a provoqué une perte de 6 000 dollars dans l'économie mondiale. Comment est-ce possible ?

Toutes les récessions ne sont pas aussi douloureuses. Les crises financières de 1987, 1991, 1997, 1998 et 2001 (au cours de laquelle  quelques 4 000 milliards de surinvestissement ont été perdus au moment où la bulle internet a explosé) n'ont eu qu'une faible incidence sur l'économie réelle au sens large. Un récent article d'Oscar Jorda, Moritz Schularick et Alan M. Taylor explique pourquoi cette fois-ci les choses ne se sont pas passées ainsi ; il montre qu'un boom du crédit peut démultiplier considérablement les dégâts causés par l'éclatement d'une bulle.

Historiquement, hors boom du crédit, quand l'éclatement d'une bulle des actifs entraîne une récession, 5 ans après le début de la crise le niveau de l'économie est de 1 à 1,5% inférieur à ce qu'il aurait été en l'absence de crise. Mais s'il y a boom du crédit, les dégâts sont beaucoup plus considérables. Quand il s'agit d'une bulle boursière, après 5 ans les résultats de l'économie sont inférieurs de 4% en moyenne - et jusqu'à 9% quand il s'agit d'une bulle immobilière. Compte tenu de ces éléments, il est clair que les problèmes engendrés par la crise actuelle sont proches de ceux que l'on a observés lors des crises précédentes.