Pourquoi abattre Ryanair?

La politique européenne en matière de concurrence est l'un des plus gros succès de l'Union européenne pour la simple et bonne raison que les décisions dans ce domaine ont été retirées de la compétence individuelle des États, ce qui les a rendues plus difficilement influençables. Cela a eu pour résultat d'affaiblir grandement les nombreux groupes de pression qui s'opposent à une concurrence accrue ou se battent pour défendre les aides et subventions gouvernementales. Pour autant, la lutte antitrust est-elle allée trop loin ?

Les pouvoirs exécutifs dont jouit la Commission européenne en matière de politique sur la concurrence lui permettent de contourner les veto nationaux et les compromis qui sont monnaie courante dans d'autres domaines, comme par exemple, l'implémentation de règlements qui régissent les marchés uniques sont soumis à la règle de l'unanimité, ou tout au moins à une adoption par une majorité qualifiée d'États membres, ce qui habituellement a pour résultat une progression lente.

La Commission européenne a récemment perdu beaucoup de son prestige aux yeux des Européens du fait des attaques au vitriol entre le Conseil et la Commission au sujet du défunt Pacte de Stabilité et de l'échec de l'adoption du texte de la proposition de Constitution. Il est donc essentiel pour sa réputation que la Commission s'illustre par ses choix politiques en matière de concurrence parce que sa réputation reste son principal atout et qu'il ne fait pas bon gâcher ses atouts dernièrement.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/fdxPOH3/fr;