Chicago Board Options Exchange Scott Olson/Getty Images

Comment la matière économique a traversé la crise économique

LONDRES – Dix années s’étant écoulées depuis le début de la Grande Récession, c’était l’occasion pour l’économiste et prix Nobel Paul Krugman de publier un élégant essai, dans lequel l’auteur souligne le peu de changement observé dans le débat autour des causes et conséquences de la crise ces dix dernières années. En effet, si la Grande Dépression des années 1930 a donné naissance à l’économie keynésienne, et la stagflation des années 1970 produit le monétarisme de Milton Friedman, la Grande Récession n’a entraîné aucun virage intellectuel comparable.

C’est ce que déplorent les jeunes étudiants en économie, eux qui avaient espéré une réponse beaucoup plus inspirée de la part de la profession. Pourquoi cette réponse n’a-t-elle pas eu lieu ?

Comme l’on pouvait s’y attendre, Krugman répond à cette question de manière habile : la vieille macroéconomie a tout simplement « suffi ». Elle a permis d’empêcher une nouvelle Grande Dépression. Les étudiants sont donc invités à oublier leurs rêves, et à se contenter d’apprendre leurs leçons.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/EN9CLNg/fr;

Handpicked to read next

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.