Hollande au Mali

PARIS – Pendant qu’à Paris des centaines de milliers de Français manifestaient leur opposition au droit des conjoints homosexuels de se marier ou d’adopter des enfants, les troupes françaises étaient envoyées au Mali pour empêcher une coalition de troupes islamistes et rebelles de marcher sur Bamako, sa capitale, et de créer un nouveau havre de terroristes au Sahel.

Les temps sont plutôt difficiles pour François Hollande, le président de la République. Assailli de problèmes économiques intérieurs, où sa popularité est à son plus bas depuis son élection l’an dernier, est-il possible pour lui de redorer son blason, voire regagner l’appui de la population, comme commandant en chef de l’armée française ?

Il y a peut-être eu une époque en France ou le « J’interviens, donc je suis » était la devise de la France, surtout en Afrique. Mais même si l’identité nationale des Français est intimement liée à l’influence internationale de la France et comment elle est perçue dans le monde – l’enthousiasme pour les interventions militaires s’est étiolé. Les avantages sont devenus plus que douteux, tandis que les coûts et les risques sont de plus en plus évidents.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/MUcFGPL/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.