nye228_Kenzaburo Fukuhara - PoolGetty Images_putinxi Kenzaburo Fukuhara/Pool/Getty Images

Pourquoi la Chine ne fera pas office de médiateur pour mettre fin à la guerre en Ukraine

CAMBRIDGE – Le président russe Vladimir Poutine pensait pouvoir rapidement s'emparer de Kyiv et du gouvernement ukrainien. Induit en erreur par de mauvais services de renseignements ou par ses propres fantasmes sur l'histoire, sa « guerre éclair » a échoué face à une résistance ukrainienne efficace. Il s'est ensuite consacré à un bombardement brutal de villes comme Marioupol et Kharkiv pour tenter de soumettre leur population civile par la terreur – comme il l'avait déjà fait à Grozny et à Alep. La conséquence tragique, c'est que la résistance héroïque de l'Ukraine s'est accompagnée de souffrances civiles de plus en plus grandes.

Y a-t-il un moyen de mettre rapidement un terme à ce cauchemar ? Il y a une possibilité qui consiste pour le président chinois Xi Jinping à considérer qu'il a un « moment Teddy Roosevelt » à exploiter. Après la guerre brutale entre la Russie et le Japon en 1905, Roosevelt est intervenu pour faire office de médiateur. Il a fait pression pour que les parties prenantes s'engagent à faire des compromis, ce qui a finalement permis de renforcer l'influence mondiale de l'Amérique. Ce geste lui a en outre valu le prix Nobel de la Paix.

La Turquie, Israël et la France (entre autres) tentent de servir de médiateurs dans la guerre actuelle de la Russie, mais ces pays n'ont pas autant d'influence auprès de Poutine que son allié Xi. La question est de savoir si Xi a l'imagination et le courage de se servir de cette influence.

To continue reading, register now.

As a registered user, you can enjoy more PS content every month – for free.

Register

or

Subscribe now for unlimited access to everything PS has to offer.

https://prosyn.org/zu3grxkfr