8

Le capitalisme d'État est-il un modèle gagnant ?

CAMBRIDGE – Dans la lutte séculaire des modèles économiques de croissance, le capitalisme d'État a semblé l'emporter haut la main au cours des dernières années. Les avatars du capitalisme libéral aux Etats-Unis et au Royaume-Uni ont continué de fonctionner de façon anémique en 2012, alors que de nombreux pays asiatiques, se fondant sur plusieurs versions du dirigisme, se sont non seulement développés rapidement en prenant un solide avantage ces dernières décennies, mais ont également survécu aux récentes tempêtes économiques avec une élégance étonnante. Faut-il donc mettre à jour nos manuels d'économie ?

En fait, l'économie ne dit pas que les marchés de libre concurrence sont meilleurs que l'intervention étatique ou que le capitalisme d'État. Les problèmes du capitalisme d'État sont essentiellement politiques, pas économiques. N'importe quelle économie réelle est grevée par les déficiences du marché, donc un gouvernement bienveillant et omnipotent peut intervenir de façon sensée et assez souvent. Mais qui connaît un gouvernement bienveillant ou omnipotent ?

Pour comprendre la logique du capitalisme d'État, il est utile de rappeler quelques exemples canoniques : non pas ceux des économies dirigées socialistes ni des sociétés modernes qui cherchent à lutter contre les déficiences du marché, mais ceux des civilisations antiques. En effet, il semble que comme l'agriculture ou la démocratie, le capitalisme d'État ait été inventé indépendamment de nombreuses fois dans l'Histoire.

Considérons l'Age du Bronze en Grèce, pendant lequel de nombreux États puissants, organisés autour d'une ville abritant l'élite politique, se sont formés dans tout le bassin méditerranéen. Ces États n'avaient pas de monnaie et pratiquement pas de marchés. L'Etat taxait la production agricole et contrôlait presque toute la production des marchandises. Il monopolisait le commerce et en l'absence de monnaie, exportait toutes ses marchandises par décrets. Ce système fournissait de la nourriture et des revenus aux artisans, puis taxait leurs recettes. Les sociétés grecques de l'Age du bronze étaient dotées d'une composante essentielle qui ressemblait beaucoup au capitalisme d'Etat.