La Fureur du Football

PARIS – Qui l'eût cru? Ils étaient là, les Brésiliens, à protester à la sortie des stades de foot contre l’organisation de la Coupe du Monde en 2014 par leur pays – et ce, au moment même où leur équipe nationale était en train de donner une correction à l'Espagne en finale de la Coupe des Confédérations. C'était comme si les catholiques se mettaient à manifester devant le Vatican contre le choix d'un nouveau pape.

Le football est aux Brésiliens ce que la cuisine est aux Français : une question de plus haute fierté nationale. Indépendamment de leurs différences économiques, raciales ou politiques, tous les Brésiliens s’enorgueillissent d’avoir la meilleure équipe au monde, qui a remporté la Coupe du Monde à de nombreuses reprises et qui ne cesse d'inventer et de réinventer « le beau jeu ». Organiser la prochaine Coupe du Monde au Brésil, ainsi que les Jeux Olympiques en 2016, semble une démarche logique, même si le tournoi de football coûtera à lui seul jusqu'à 13 milliards de dollars. Le football est chez lui à Rio de Janeiro.

Dès lors, qu’est-ce qui a pris à ce jeune homme brésilien de 19 ans qui a déclaré : « Nous n'avons pas besoin de la Coupe du Monde. Nous avons besoin d'éducation, de meilleurs services de santé, d’une police plus humaine. » Beaucoup de gens pensent la même chose. Est-ce que des millions de Brésiliens ont soudainement perdu leur passion pour le jeu ?

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/qUdnVi8/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.