19

Europe: le chemin de la désunion

MUNICH – « E pluribus unum » (De plusieurs, Un) est la devise des Etats-Unis d’Amérique. Celle de l’Union Européenne est « In varietate concordia, » ce qui se traduit officiellement par « Unis dans la diversité. » On ne peut mieux résumer les différences entre les modèles américain et européen. Les Etats-Unis sont un creuset, tandis que l’Europe est une mosaïque de peuples et de cultures différents, qui s’est développée au cours de sa longue histoire.

Cette différence soulève une question, celle de savoir si cela mérite de lutter pour des Etats-Unis d’Europe – un concept que beaucoup refusent d’accepter parce qu’ils ne croient pas à la possibilité d’une identité européenne unifiée, insistant sur le fait qu’un système politique unique comme celui des Etats-Unis présuppose une langue commune et une nationalité unique.

Les Etats-Unis d’Europe, le rêve des enfants de l’après-guerre tels que moi, sont une idée qui ne verra peut-être jamais le jour. Mais je n’en suis pas si certain. Après tout, une plus grande intégration européenne et la création d’un système politique unique pourraient offrir des avantages solides et pratiques ne requérant pas forcément une identité ou une langue communes. Ces avantages comprennent le libre franchissement des frontières, la libre circulation des biens et des services, des infrastructures de transport d’échelle européenne, sans oublier des arrangements de sécurité communs.

La régulation des banques est le domaine dans lequel l’action collective s’impose. Si les banques sont régulées au niveau national, mais font des affaires à l’international, les autorités de régulation nationales sont incitées en permanence à établir des standards laxistes pour détourner les opportunités afin qu’elles ne se déplacent pas vers d’autres pays. La concurrence règlementaire dégénère, nivelée par le bas, puisque les bénéfices d’une régulation laxiste se traduisent par des profits à domicile, tandis que les pertes sont supportées par les créanciers des banques à l’étranger.