0

Qui menace notre identité?

PRAGUE - On parle souvent des questions d'identité et de souveraineté. De quoi s'agit-il? Ces concepts se rapportent au sentiment qu'un peuple ne peut être lui-même que s'il peut s'affirmer en tant que tel et décider librement de son sort.

Aujourd'hui, les discussions portant sur l'identité et la souveraineté ont souvent un caractère de plainte. Elles seraient toutes deux menacées: par l'UE qui veut "nous" assimiler tant que faire se peut, par la Commission européenne avec ses normes, par l'OTAN, par le FMI et la Banque mondiale, par l'ONU, par les capitaux étrangers, par les idéologies occidentales, par les mafias de l'Est, par l'influence américaine, par l'immigration asiatique ou africaine et par Dieu qui sait quoi d'autre.

Ces accusations ont parfois une base rationnelle. Mais elles dérivent d'une idée fausse très répandue, la croyance que la personnalité, l'identité ou la souveraineté dépendent non pas d'abord du peuple lui-même, mais d'autrui, de ceux qui pourraient tenter de "nous" amputer de notre identité ou tout au moins de l'affaiblir. Je ne pense pas que la principale préoccupation du monde soit de chercher à amputer les peuples de leur identité ou de leur souveraineté. Le respect du caractère propre à chaque nation, sa voie de développement et le degré auquel un peuple décide lui-même de son sort dépend avant tout des hommes et des femmes qui le constituent.

De quoi dépend le sort d'un peuple? Du fait que ses membres choisissent de se replier sur eux-mêmes dans l'espoir d'échapper aux mouvements du monde ou décident au contraire de se conduire en véritables citoyens du continent et du monde, c'est à dire en personnes impliquées qui assument leur part de responsabilité. L'humanité toute entière est confrontée à ce dilemme crucial: assister passivement au suicide de notre civilisation ou devenir un acteur de la préservation du bien commun, ce qui inclus le plus précieux de tous, notre planète et sa biosphère, à laquelle nous appartenons.