Qui est responsable de l'allergie à l'Europe des Britanniques ?

Il y a quarante ans, Charles de Gaulle répondait « Non » à la demande britannique pour joindre la Communauté européenne. Jusqu'au 9 juin, le Chancelier de l'Échiquier britannique, Gordon Brown, proposera son propre « Non » à l'Europe. Mais la décision britannique de rejoindre la monnaie unique européenne, l'euro, ou pas fut prise il y a bien longtemps et il n'a jamais été question d'autre chose qu'une variation sur le « non ».

Quand la France invita la Grande-Bretagne à se joindre à l'entreprise européenne dès ses balbutiements, dix ans avant que le Général de Gaulle ne fermât la porte, les mandarins britanniques du ministère des finances, dédaigneux, s'assurèrent que la Grande-Bretagne rejette l'offre avec indignation. Les bureaucrates du ministère des finances sont restés comme on pouvait s'y attendre anti-européens depuis. Comme les courtisans de la cour de Louis XVIII, ils n'ont rien oublié et n'ont rien appris.

La seule question qui reste à éclaircir maintenant est de savoir si le verdict de M. Brown sur l'euro sera « Pas tout de suite », « Pas avant les prochaines élections » ou un simple « Non ». C'est une décision qui est quasiment prise indépendamment du premier ministre, Tony Blair, et même contre son gré.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/WK1ZSnl/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.