0

Où va la Révolution du Jasmin tunisienne ?

NEW YORK – Tentant de comprendre la signification pleine et entière de la Révolution Tunisienne et d’envisager son avenir, mes yeux parcourent mon bureau où se trouvent étalés deux numéros du New York Times présentant chacun en première page un article à propos de la Tunisie. 23 années séparent la publication de ces deux articles.

Le premier, un peu jauni et froissé, est daté du 7 novembre 1987. L’article sous le gros titre, « Coup d’état en Tunisie », relate la chute de Habib Bourguiba, le fondateur vieillissant de la Tunisie moderne et héro de son indépendance. Il fut renversé au milieu de la nuit et sans effusion de sang par son Premier ministre, Zine el Abidine Ben Ali. 

Des dizaines de milliers de Tunisiens se regroupèrent au centre de Tunis dans les jours qui suivirent pour célébrer leur délivrance d’années d’apathie et d’incertitudes résultant de la sénilité aggravée de Bourguiba. Le nouveau président Ben Ali fut  considéré par la plupart comme un héro dans les premières années de son règne, à juste titre.

La seconde couverture est datée du 15 janvier 2011. Une fois encore, le gros titre lit : « Le président de la Tunisie en fuite : il a capitulé devant les manifestants. »