Affaiblir le dollar?

Le déficit de la balance courante des paiements américains bat des records, faisant des Etats Unis le premier débiteur de la planète (seulement en valeur absolue, car ils sont loin d'être les plus mauvais si l'on exprime le déficit commercial en pourcentage du PIB). En dépit de déficits énormes et qui vont croissants, le dollar continue à monter. Alors que nous avons appris à ne pas nous soucier outre mesure d'une baisse de la bourse, allons nous maintenant nous inquiéter du déficit commercial des Etats Unis et d'un dollar tout puissant ? Le dollar ne va-t-il pas crouler sous son propre poids ? Deux éléments peuvent amener le dollar à la baisse : quelques mots de trop de la part du secrétaire américain au Trésor ou une détérioration franche des résultats de l'économie américaine par rapport au reste du monde. Ces deux facteurs de risque ont été testés cette année et chaque fois le dollar a vacillé ; mais ils sont sur le point d'être maîtrisés et l'on peut s'attendre à ce que le dollar demeure une monnaie forte. Aux Etats Unis, il existe deux sortes de secrétaires au Trésor. Les premiers, à l'image de Robert Rubin, comprennent qu'un dollar fort permet des taux d'intérêt assez bas et que des taux d'intérêt bas favorisent une expansion économique de longue durée. Ceux du deuxième type s'incarnent dans l'actuel secrétaire au Trésor, Paul O'Neill, qui est un peu trop obnubilé par la compétitivité et ne s'intéresse pas suffisamment aux marchés financiers. Ils sont favorables à l'interventionnisme, aux cartels industriels, à des taux de change ciblés et à toutes sortes d'idées déconsidérées depuis le cafouillis économique à l'époque du président Carter. Paul O'Neill vient du monde de la production, par conséquent il raisonne comme un fabricant. Même s'ils ont réussi dans leur secteur, les fabricants regardent l'économie un peu comme des lapins depuis leurs terriers. Ils pensent qu'un dollar faible est bon pour les exportations alors qu'un dollar fort est préjudiciable aux ventes et aux parts de marché. Ainsi, ils tressaillent devant un dollar fort et ne donnent que des réponses évasives lorsqu'on les questionne sur leur politique vis à vis du dollar. Dès le premier jour à son poste, Paul O'Neill a eu une attitude équivoque vis à vis du dollar. Au lieu de regarder les journalistes droit dans les yeux en entonnant la rengaine rassurante de Robert Rubin,
http://prosyn.org/InkzzG5/fr;
  1. China corruption Isaac Lawrence/Getty Images

    The Next Battle in China’s War on Corruption

    • Chinese President Xi Jinping knows well the threat that corruption poses to the authority of the Communist Party of China and the state it controls. 
    • But moving beyond Xi's anti-corruption purge to build robust and lasting anti-graft institutions will not be easy, owing to enduring opportunities for bureaucratic capture.
  2. Italy unemployed demonstration SalvatoreEsposito/Barcroftimages / Barcroft Media via Getty Images

    Putting Europe’s Long-Term Unemployed Back to Work

    Across the European Union, millions of people who are willing and able to work have been unemployed for a year or longer, at great cost to social cohesion and political stability. If the EU is serious about stopping the rise of populism, it will need to do more to ensure that labor markets are working for everyone.

  3. Latin America market Federico Parra/Getty Images

    A Belt and Road for the Americas?

    In a time of global uncertainty, a vision of “made in the Americas” prosperity provides a unifying agenda for the continent. If implemented, the US could reassert its historical leadership among a group of countries that share its fundamental values, as well as an interest in inclusive economic growth and rising living standards.

  4. Startup office Mladlen Antonov/Getty Images

    How Best to Promote Research and Development

    Clearly, there is something appealing about a start-up-based innovation strategy: it feels democratic, accessible, and so California. But it is definitely not the only way to boost research and development, or even the main way, and it is certainly not the way most major innovations in the US came about during the twentieth century.

  5. Trump Trade speech Bill Pugliano/Getty Images .

    Preparing for the Trump Trade Wars

    In the first 11 months of his presidency, Donald Trump has failed to back up his words – or tweets – with action on a variety of fronts. But the rest of the world's governments, and particularly those in Asia and Europe, would be mistaken to assume that he won't follow through on his promised "America First" trade agenda.