Quand le Oui devient négatif

La plupart des commentateurs partent du principe habituellement qu’une victoire du Oui lors du référendum français le 29 mai sur la proposition de constitution de l’Union européenne serait une bonne chose pour l’Union européenne et pour l’Europe. Mais il existe de bonnes raisons de remettre en cause ces idées reçues.

Le référendum français déterminera le sort politique du président français, Jacques Chirac et non pas l’engagement de la France envers l’Europe, qui est déterminé et immuable. Si les Français votent Non, M. Chirac est fini. S’ils votent Oui, il est conforté.

L’Europe se porterait franchement mieux si M. Chirac était affaibli plutôt que conforté, même si cela implique un ralentissement temporaire du rythme d’intégration.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/CwklYpb/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.