Quand Rien Ne Suffit Plus

NEW YORK – Le dollar plonge, l’économie vole en éclat, le monde est en proie à une crise d’identité, et que font les Américains pendant ces heures difficiles? Ils se passionnent pour les tribulations de Nadya Suleman, dite “Octamom.” Cette jeune mère célibataire de Los Angeles a recouru à l’insémination artificielle, après avoir donné naissance à sept premiers enfants. Elle amène maintenant chez elle des octuplés.

En temps normal, cette information n’aurait pas suscité plus d’intérêt que n’importe quelle anecdote insolite, mais dès l’instant où elle a été relayée par l’actualité, des dizaines de media, oscillant entre fascination et répulsion, se sont mis à rendre compte des moindres faits et gestes de Suleman. Et, comme si elle n’était pas suffisamment accablée par ce surnom “Octamom,” des personnalités, comme Cher, ont tenu à se prononcer contre elle, des blogs ont été créés pour épingler les interventions de chirurgie esthétique qu’elle s’est offertes, et des sites Internet de divertissement ont lancé à ses trousses des reporters pour la diffamer et révéler qu’elle se serait attardée à un point de vente de cosmétiques de luxe.

Suleman collectionne indéniablement tous les torts: sa famille est réduite à solliciter des bons d’alimentation, les enfants qu’elle a déjà n’ont pas le nécessaire et ses propres parents, quand on les interviewe, critiquent ses choix. Son attachée de presse a démissionné en la traitant de “folle.”

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/2X20Ii4/fr;