La souveraineté nationale contre la santé publique  ?

NEW-YORK –Vous n'avez probablement jamais entendu parler de ampquot;souveraineté nationale sur les virusampquot;. Nous devons ce concept à la ministre indonésienne de la santé, Siti Fadilah Supari, qui estime que les virus mortels peuvent être la propriété d'un pays -& même s'il peut franchir les frontières et déclencher une pandémie au niveau mondial. Les dirigeants politiques partout dans le monde devraient en tirer les conséquences et régir avec toute la vigueur voulue.

L'immense majorité des cas de fièvre aviaire, qu'il s'agisse de cas humains ou de volailles, s'est déclarée en Indonésie. Selon l'OMS, on a détecté dans ce pays au moins 53 souches différentes du virus H5N1 de la grippe aviaire, que ce soit dans les populations de poulets ou parmi les êtres humains.

Néanmoins, depuis 2005 l'Indonésie a partagé avec l'OMS des échantillons provenant de seulement deux des plus de 135 personnes recensées comme étant infectées par le H5N1 (110 d'entre elles sont mortes). Pire encore, elle ne déclare plus dans les délais voulus les cas humains de fièvre aviaire. Depuis 2007, l'Indonésie fait ouvertement fi des normes internationales en matière de santé et des accords de l'OMS dont elle est pourtant signataire.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/FyqHxNC/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.