Le “profilage ethnique” par où pèche-t-il?

BRUSSELS – Il n’y a encore que quelques d’années, alors que terrorisme, immigration et colère des banlieues s’étalaient à la une des médias en France, un policier faisait cette confidence à un chercheur: “Le trafic en tout genre, il est évident que ce sont les Noirs ou les Arabes qui sont derrière. Quand on croise un Noir ou un homme qui a l’air arabe, on se dit ‘Il ne fait pas français,’ alors on l’arrête pour voir s’il a ses papiers.”

Ce policier donnait là un bon aperçu de ce que recouvre l’expression “profilage ethnique”: contrôles, fouilles ou arrestations sur la base de stéréotypes, plutôt que d’informations précises sur le comportement. Le profilage ethnique n’a pas de statut légal en Europe. Il s’avère inefficace dans la lutte contre la criminalité. Contre-productif, comme réponse au terrorisme. Mais il est toujours à l’honneur chez les policiers européens.

Les chiffres que le gouvernement britannique a fait paraître début mai, corroborent la thèse de l’inefficacité. Entre 2007 et 2008, sur plus de 117 000 interpellations, 72 seulement se sont traduites par des arrestations pour actes ayant trait au terrorisme. Ailleurs en Europe, on ne fait pas de recoupements entre arrestations policières et appartenance ethnique ou religieuse des prévenus, mais ce que l’on peut constater au travers d’enquêtes privées ou d’études de cas est d’une similitude confondante.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/g8T4Mkt/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.