A quoi faut-il s’attendre en 2011 ?

NEW YORK – A la fin 2010, l’économie mondiale est plus divisée qu’elle ne l’était en début d’année. D’un côté, les marchés émergents comme l’Inde, la Chine et les économies du Sud-Est asiatique connaissent une croissance solide. De l’autre, l’Europe et les Etats-Unis sont confrontés à une stagnation – en fait, un malaise semblable à celui éprouvé par le Japon – et à un taux de chômage élevé et persistant. Le problème des pays avancés n’est pas celui d’une reprise sans création d’emplois, mais d’une reprise anémique – ou pire, une éventuelle récession à double creux.

Ce monde à deux vitesses présente des risques inhabituels. Alors que la production économique de l’Asie est trop faible pour tirer la croissance du reste du monde, elle est peut-être suffisante pour faire grimper le prix des manières premières.

Parallèlement, les tentatives faites par les Etats-Unis pour stimuler leur économie par le biais de la politique d’assouplissement quantitatif appliquée par la Réserve fédérale américaine (la Fed) pourraient avoir un effet inverse à l’effet recherché. Sur les marchés financiers mondialisés, les investisseurs cherchent les meilleurs placements pour leur argent, et ces placements sont en Asie, pas aux Etats-Unis. L’argent n’ira donc pas là où il serait nécessaire, mais là où il ne faut pas – provoquant de nouvelles flambées des prix des actifs et des matières premières, dans les marchés émergents en particulier.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To continue reading, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/s8gvlou/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.