Qu’est-il arrivé à Mohammed al-Hanashi?

NEW YORK – Mohammed al-Hanashi, citoyen yéménite de 31 ans, a été détenu durant sept ans à Guantánamo Bay sans chef d’inculpation. Le 3 juin dernier, alors que je visitais Guantánamo avec d’autres journalistes, le service de presse présent sur place a publié une annonce laconique selon laquelle al-Hanashi avait été retrouvé mort dans sa cellule –  un « suicide manifeste ».

Mon vol commercial ayant été annulé, je suis repartie aux Etats-Unis sur un vol militaire. Le hasard a voulu que je sois assise à côté d’un médecin militaire que l’on avait fait venir pour autopsier le corps d’al-Hanashi. A ma question sur le moment où aurait lieu l’enquête relative à ce décès, il m’a répondu : « C’était l’enquête ». L’armée a enquêté sur l’armée.

Ce « suicide manifeste » m’a aussitôt paru suspect. Je venais juste de faire le tour de ces cellules : il est littéralement impossible de s’y suicider. Elles ressemblent à l’intérieur d’un pot en plastique lisse, sans bords tranchants, avec crochets repliables, et aucun matériel de couchage utilisable pour s’étrangler. En théorie, peut-on se taper la tête contre les murs jusqu’à la mort, ai-je demandé au médecin ? « Ils vérifient les cellules toutes les trois minutes » a-t-il répondu. Il faut faire vite.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/m7SzVQl/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.