Skip to main content
Greek flag held by teenage boy Michael Debets/ZumaPress

Ce qu'il manque à la Grèce pour prospérer

NEW YORK – Certains économistes négligent l'idée moderne selon laquelle la prospérité d'un pays dépend de l'innovation et l'entrepreneuriat. Ils reprennent à leur compte l'opinion mécaniste selon laquelle la prospérité est une question d'emploi et où l'emploi est déterminé par « demande » : les dépenses publiques, la consommation des ménages et la demande en investissements.

Au sujet de la Grèce, ces économistes font valoir qu'un changement de la politique budgétaire vers « l'austérité » (un secteur public réduit), a amené une déficience accrue de la demande et en conséquence une dépression. Mais une thèse de ce genre interprète mal l'histoire et exagère le pouvoir des dépenses publiques.

Une grande part de la baisse de l'emploi en Grèce a eu lieu avant les fortes réductions dans les dépenses entre 2012 et 2014 (sans aucun doute à cause de la perte de confiance envers le gouvernement). Les dépenses trimestrielles du gouvernement grec ont atteint un palier d'environ 13,5 milliards d'euros (14,8 milliards de dollars) entre 2009 et 2012, avant de retomber à environ  9,6 milliards d'euros en 2014-2015. Pourtant le nombre de travailleurs a atteint son sommet de 4,5 millions en 2006-2009 et a chuté à 3,6 millions en 2012. Au moment où la Grèce a commencé à réduire son budget, le taux de chômage de 9,6% de la population active en 2009 avait déjà presque atteint son niveau récent de 25,5%.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

https://prosyn.org/rYIKf6F/fr;
  1. benami154_Yousef MasoudSOPA ImagesLightRocket via Getty Images_palestine Yousef Masoud/SOPA IMAGES/LightRocket via Getty Images

    Forgetting Palestine

    Shlomo Ben-Ami

    The two-state solution is virtually dead in the water, and the international community has largely abandoned the Palestinian cause. At this point, there is little to stop Israel from cementing the one-state reality that its right-wing government has long sought, regardless of whether that leads to a permanent civil war.

  2. sachs313_SebastionBozonAFPGettyImages_EUflagtrump Sebastion Bozon/AFP/Getty Images

    Europe Must Oppose Trump

    Jeffrey D. Sachs

    European leaders should recognize that a significant majority of Americans reject Trump’s malignant narcissism. By opposing Trump and defending the international rule of law, Europeans and Americans together can strengthen world peace and transatlantic amity for generations to come.

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated Cookie policy, Privacy policy and Terms & Conditions