16

Brexit : ce que doit faire l'UE

WASHINGTON, DC – Le vote du Royaume-Uni en faveur du Brexit est sans doute le plus grand désastre à avoir jamais frappé l’Union européenne. Si elle veut survivre, elle doit agir rapidement, notamment en mettant fin au désordre des marchés engendré par cette situation.

Le Premier ministre britannique David Cameron ayant perdu le référendum, il a fait ce qu'il devait faire en démissionnant. Mais il y a un autre grand perdant, c'est la Commission européenne dont le président, Jean-Claude Juncker, n'a pas fait grand chose pour peser sur le vote. Depuis la présidence de Jacques Delors de 1985 à 1995, il n'y a jamais eu à la tête de la Commission un dirigeant visionnaire de poids. Comme Cameron, Juncker doit reconnaître sa responsabilité et démissionner. A nouveau l'UE a besoin d'un dirigeant énergique. Parmi les nombreux candidats qui conviennent, je recommande l'ancien Premier ministre suédois, Carl Bildt.

Avant que ne s'apaise le tumulte engendré par le référendum, l'UE devrait fixer des principes explicites et sévères pour organiser la sortie du Royaume-Uni - explicites pour minimiser le coût, sévères pour dissuader les populistes des autres pays membres d'appeler eux aussi à un référendum sur la sortie de l'UE. A juste titre les dirigeants de la Commission européenne ont déjà fait un pas dans cette direction en déclarant que les concessions faites par l'UE au Royaume-Uni en février ne prendront pas effet et qu'il n'y aura pas de renégociation.

Le Conseil européen pour sa part a déjà appelé à un sommet immédiat. N'étant pas parvenu en 6 ans à résoudre la crise financière grecque, l'UE semble enfin comprendre qu'elle doit entreprendre une action rapide et décisive pour survivre.