0

Quelle crise de l’euro?

MUNICH – Malgré les conséquents plans de sauvetages, les écarts de taux d’intérêt en Europe refusent de bouger. Les marchés n’ont toujours pas trouvé leur équilibre et les gouvernements du sud de l’Europe observent nerveusement la suite des évènements. Que se passe-t-il ?

Les programmes de relance ont été établis le week-end du 8 et du 9 mai à Bruxelles. En plus du programme de 80 milliards d’euros déjà accordé pour la Grèce, les pays de l’Union Européenne ont ouvert une ligne de crédit de 500 milliards d’euros pour les pays en difficulté. Le Fonds Monétaire International y a ajouté 280 milliards supplémentaires.

La force motrice derrière tout cela est le Président français Nicolas Sarkozy qui a conspiré avec les dirigeants des pays du sud de l’Europe. Les banques françaises, beaucoup trop exposées aux obligations des gouvernements du sud de l’Europe, furent les principaux bénéficiaires de ces plans de sauvetage.

Puisque en dehors du plan grec, décidé précédemment, aucune autre mesure n’était à l’ordre du jour de la réunion de Bruxelles, la Chancelière allemande Angela Merkel pensait qu’elle pouvait sans problème se rendre à Moscou pour commémorer la fin de la seconde guerre mondiale – contrairement à Sarkozy qui a décliné l’invitation du Premier ministre russe Vladimir Poutine. La situation s’est compliquée lorsque le chef de la délégation allemande à la réunion de l’UE est tombé malade et dû être transporté à l’hôpital dès son arrivée à Bruxelles. La délégation allemande était donc décapitée.