0

Que veut l'Amérique ?

Lorsque les dirigeants des nations les plus riches du monde se rassembleront à Evian, en France, une question sans réponse dominera le devant de la scène : que veut l'Amérique dans le monde ? Il peut être utile à ce stade de souligner les principes et les idées qui guident la politique extérieure américaine.

Tout d'abord, l'incohérence n'est pas un vice. En effet, en politique extérieure, l'incohérence est souvent une vertu. Je ne parle pas de principes, mais de politique. Les Etats-Unis n'observent pas une approche " une seule taille pour tous " envers le monde. Ce qui s'est passé en Irak ne doit pas être surinterprété comme un modèle rigide de la politique américaine envers les pays qui font appel à des armes de destruction massive, qui soutiennent le terrorisme ou refusent la liberté à leurs citoyens.

En Irak, les Etats-Unis ont utilisé la force en dernier recours contre un pays ayant un lourd passé d'agressions, et après qu'un fort consensus international se soit développé sur les actions que devait entreprendre l'Irak. Différentes politiques, adaptées aux réalités locales, régionales et internationales, devront être mises en oeuvre pour répondre aux défis posés par la Corée du Nord, l'Iran, la Syrie, et bien d'autres pays.

Les forces militaires américaines représentent un élément essentiel de la majeure partie des actions accomplies par les Etats-Unis sur le plan international. Mais la politique de défense ne constitue qu'un seul des composants de la politique extérieure. Toutes les menaces contre les intérêts nationaux de l'Amérique ne peuvent pas se résoudre par la force militaire. Comme le dit le proverbe, pour les gens qui n'ont qu'un marteau, tous les problèmes sont en forme de clou. La réussite en politique extérieure, comme en menuiserie, doit s'appuyer sur les outils appropriés à la tâche.