0

Que veulent les généraux égyptiens ?

LE CAIRE - « Ceux qui ont la majorité à l'Assemblée du Peuple sont les bienvenus, parce qu'ils n'auront pas la capacité d'imposer ce que le peuple ne veut pas. » C'est ce qu'a déclaré le Général Mokhtar al-Mulla, un membre du Conseil Suprême des Forces Armées d'Egypte (SCAF).

Le message d'Al-Mulla signifiait que la victoire des Islamistes aux dernières élections en Egypte ne leur donnait ni la puissance exécutive, ni le pouvoir d'instituer une nouvelle constitution. Mais le Général Sami Anan, chef d'état-major et du chef en second du SCAF, a rapidement répliqué que la déclaration d'Al-Mulla ne représentait pas nécessairement les vues officielles du Conseil.

Ainsi, un an après la révolution qui a renversé Hosni Moubarak, qui exactement va définir les orientations politiques de l'Egypte ?

La victoire électorale de l'aile politique des Frères Musulmans et des partis salafistes, qui ensemble ont gagné plus de 70% des sièges parlementaires, leur donnera une forte influence pendant la période de transition et la rédaction de la constitution. Mais ils ne sont pas les seuls. En dehors des Islamistes, deux autres acteurs puissants auront leur mot à dire : les « Tahriristes » et les généraux.