0

Les Objectifs de la Chine pour l'Année 2012

BEIJING – La mondialisation économique et l'avènement d'un monde multipolaire aidant, la Chine et d'autres pays émergents vont formellement être amenés à jouer un rôle beaucoup plus important, non seulement en 2012, mais aussi dans les décennies à venir. La Chine est de plus en plus puissante d'un point vue économique, et elle exerce une influence grandissante sur l'économie mondiale depuis la crise financière de 2008 ; c'est pourquoi l'idée selon laquelle la Chine et les États–Unis devrait codiriger le monde sous l'étendard d'un « G-2 » a été émise. Toutefois, l'indépendance de la Chine en matière de politique étrangère ne saurait s'inscrire dans le cadre d'un G-2, au même titre que la tendance globale actuelle de la communauté internationale, au sein de laquelle le pouvoir géopolitique est redistribué de façon croissante. De plus, de nouveaux hauts dirigeants chinois seront élus en 2012, mais tout un chacun sait que cela ne va rien changer.

En effet, lorsque le premier ministre chinois Wen Jiabao s'est rendu à Prague en mai 2009 pour participer au 11ème Sommet Union européenne–Chine, il a déclaré que la Chine n'approuvait pas ce concept de « G-2 ». La Chine à la ferme intention de ne jamais rechercher l'hégémonie, et elle ne soutient pas l'idée d'une petite minorité de pays dominant le monde.

La Chine considère qu'il va de son intérêt de coopérer davantage avec les plus importantes régions du monde, à l'instar de l'Europe – une splendide civilisation séculaire devenue un acteur majeur sur la scène mondiale. En outre, le processus d'intégration de l'Union européenne a dynamisé tout le continent, et en dépit des difficultés actuelles que rencontre l'Europe, elle peut se féliciter de rester incroyablement résistante et influente à l'échelle globale.

La Chine a toujours soutenu l'intégration européenne, et elle espère que l'UE saura devenir un pilier de l'ordre international. En raison de la crise financière mondiale et de la crise de la dette souveraine de la zone euro, la Chine a investi dans des obligations gouvernementales, fait des investissements directs, et a envoyé des délégations commerciales en Europe. En avril 2011, au cours de la visite à Beijing du Premier ministre espagnol José Luis Zapatero, M. Wen a réaffirmé la volonté de la Chine de continuer d'acheter les obligations du gouvernement espagnol, en vue de démontrer de nouveau qu'elle soutenait les efforts déployés par l'Europe pour sortir de la crise. Par ailleurs, le marché chinois et son réservoir de main d’œuvre sont de taille considérable, ce qui engendre d'importantes opportunités pour l'Europe.