US aircraft, bomber

Une histoire américaine des tapis de bombes

NEW YORK - Ted Cruz, l'un des candidats républicains à la présidence des États-Unis, a récemment déclaré que sa solution à la crise au Moyen-Orient consistait à « envoyer des tapis de bombes » sur l'État islamique (EI), pour voir si « le sable peut briller dans le noir. » Donald Trump, le favori républicain, a promis « de défoncer l'EI à coup de bombes. » Un troisième candidat, Chris Christie, a proféré des menaces de guerre envers la Russie.

Suite à une rhétorique de ce genre de la part de leurs candidats, il n'y a donc rien d'étonnant à ce que, selon un récent sondage, près de 30% des électeurs républicains (et 41% des partisans de Trump) soient favorables au bombardement d'Agrabah, la scène centrale (et imaginaire) du dessin animé Aladdin de Disney. Le lieu a une consonance arabe, c'est amplement suffisant.

Une manière d'interpréter une telle rhétorique belliqueuse consiste à supposer que ses promoteurs sont sûrement des monstres assoiffés de sang. Une opinion plus charitable revient à dire qu'ils sont atteints d'un manque consternant de mémoire historique et d'imagination morale. Aucun d'entre eux n'a fait en personne l'expérience de la guerre. En outre, ils sont manifestement incapables de saisir les conséquences de leurs discours.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/UFiRiHR/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.