L’ère de la repression financière

TILBURG – Dès sa réélection, le président américain Barack Obama s’est presque immédiatement attelé à réduire la dette nationale croissante. En fait, l’ensemble des pays occidentaux met en œuvre des politiques visant à réduire le volume de la dette publique – ou tout au moins à en interrompre la croissance.

Dans leur article abondamment cité, “Growth in a Time of Debt,”Kenneth Rogoff et Carmen Reinhart affirment que lorsque la dette publique excède 99% du PIB, les pays subissent un ralentissement de la croissance. La dette nationale de nombreux pays occidentaux se rapproche dangereusement de ce seuil critique, et le dépasse même dans certains cas.

En effet, selon l’OECD, dès la fin de cette année, le rapport dette nationale/PIB de l’Amérique atteindra 108,6%. La dette publique dans la zone euro se situe à 99,1% du PIB, avec en tête la France, où ce rapport devrait atteindre 105,5%, et la Grande Bretagne qui se situera à 104,2%. Même la très disciplinée Allemagne devrait se rapprocher de ce seuil, à 88,5%.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To continue reading, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/mSrToWy/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.